Architecture Container

Isolation maison container

La maison container revêt des avantages indéniables en termes d’économies et d’écologie. Toutefois, si la construction d’une maison en containers est une démarche judicieuse et louable, il ne faut pas perdre de vue qu’une architecture container a également ses faiblesses… L’isolation, notamment. Comment réaliser l’isolation d’une maison container pour bénéficier d’un confort thermique optimal ? Nous faisons le point du sujet.

Isolation maison container

Anatomie du container : quel est le problème ?

Le container, qu’il soit maritime ou routier est utilisé comme ossature de la maison container. Comme pour toute habitation, l’isolation doit donc être optimale. Elle permet de garantir le confort habitable, autrement dit des températures homogènes tout au long de l’année.

Or, les containers maritimes sont constitués à 99% d’acier Corten (Corrosion Resistance Tensile Strength), un matériau certes robuste mais dont les performances thermiques laissent à désirer : la forte conductivité thermique du métal est à l’origine de la création de ponts thermiques. La faible masse de la maison container joue également un rôle en termes d’isolation, la faible inertie étant également à l’origine de fortes déperditions de chaleur.

Ceci étant dit, il est primordial de porter un soin particulier à l’isolation du container que vous envisagiez de la réaliser par vous-même ou que l’isolation s’effectue en usine.

Isolation de maison container : comment faire ?

Au sein d’une maison container, chaque espace doit être correctement isolé. Il sera nécessaire d’isoler tout particulièrement le toit ainsi que les fenêtres, par lesquels les déperditions thermiques sont les plus importantes. Autour des fenêtres, la pose d’un joint d’étanchéité sera notamment indispensable. Pour ce qui est du toit, il faut prévoir une isolation similaire à celle des façades. Le plus souvent, ce dernier sera recouvert de graviers et / ou de terre, sur 40 cm au minimum. Enfin, le plancher bas de la maison container doit également être traité contre les ponts thermiques, notamment dans le cas où les blocs modulaires sont posés sur une dalle de béton.

Avant de procéder à l’isolation d’une maison container, il faudra commencer par réfléchir l’agencement de l’habitation sur le terrain. Les ouvertures devront par exemple être dirigées vers le soleil de sorte de privilégier l’apport naturel de chaleur et donc l’énergie passive. Cela contribue à améliorer le confort énergétique du logement.

Isoler un container par l’extérieur : comment ça marche ?

Comme pour un logement traditionnel, l’isolation par l’extérieur (ITE) sera plébiscitée dans le cas d’une maison container pour pallier au phénomène de ponts thermiques. La faible épaisseur de la paroi initiale permet de recouvrir entièrement l’ossature sans pour autant nuire à l’aspect esthétique de l’habitation. Plus efficiente que l’isolation intérieure, l’ITE crée une véritable paroi protectrice autour de la maison container. Si la différence entre les deux types d’isolation est moindre en hiver, elle s’impose généralement en été, la chaleur s’accumulant davantage dans le cas d’une ITI.

En isolation thermique par l’extérieur, le container est isolé en mettant en place une ossature en bois, renforcée par l‘ajout de montants de bois tous les 60 cm environ. Avant d’être recouverte d’un bardage en bois, cette ossature est comblée dans ses interstices par un matériau isolant : laine de verre, paille ou encore chanvre… 10 à 15 cm seront généralement nécessaires. Notez qu’une seconde couche croisée d’isolant peut être installée pour recouvrir les montants. Par la suite, un film pare-pluie est agrafé sur ces derniers de sorte d’accroître l’étanchéité de l’installation.

Dernière étape ? La pose d’un revêtement ou bardage, conférant à votre maison container son aspect esthétique. Dans la grande majorité des cas, il s’agira de revêtements à base de bois mais ce peut également être de la pierre en pavement ou du métal.

Attention, il sera nécessaire de prévoir les ouvertures nécessaires au passage de la VMC et des alimentations multiples. Celles-ci devront être entourées de ruban pare-pluie.

Isolation d’une maison container : ITI et isolation mixte

Dans certains cas, il peut être opportun d’associer une isolation par l’extérieur avec une isolation intérieure du container. C’est ce que l’on appelle une isolation mixte. Il suffit pour cela de poser une structure en chevrons sur les façades intérieures, à combler ensuite avec un isolant spécifique à faible conductivité thermique : de la paille, par exemple.

L’installation d’un pare-vapeur en intérieur permettra également de maîtriser la formation d’humidité sur les parois, dans le cas où une isolation intérieure seule est privilégiée. Celui-ci vient alors en complément de panneaux sandwich en mousse de polyuréthane ou encore d’un autre isolant de type laine de roche ou laine de verre (sur une épaisseur d’environ 6 cm). Il faudra ensuite recouvrir votre isolation d’un revêtement adapté.

N’hésitez pas à demander conseil à un professionnel en la matière : l’épaisseur de l’isolant est l’une des premières variables à prendre en compte pour une ITI.

Etanchéité et ventilation, pour une isolation optimale

Les chantiers d’étanchéité et de ventilation doivent être menés de façon complémentaire lors de l’isolation d’une maison container. Et oui : une bonne isolation ne permet pas nécessairement la perméabilité des parois de la maison container.

Afin de réaliser l’isolation de votre maison container, pourquoi ne pas faire appel à un constructeur spécialisé ? Les containers seront alors étanches et isolés, prêts à être montés.

A lire également :

Comment rendre un container habitable ?

Constructeur de maison container

Construire en container

Intérieur maison container

Maison container bois

Maison en container maritime

Permis de construire container

Structure container